dimanche 20 mai 2018

Comment bien choisir son terreau ?

bien choisir son terreau



Si vous avez l'habitude de jardiner, vous avez dû de nombreuses fois être confronté au problème suivant : quel terreau utiliser ? Il en existe une multitude dans le commerce et ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver. Voici un petit tour d'horizon des différents types de terreau existants pour y voir plus clair !




QUE CONTIENT LE TERREAU ?


Pour comprendre l'intérêt du terreau, il est important de savoir ce qu'il contient. On y trouve des matériaux tels que le sable et l'argile, qui ont un rôle dans la rétention ou le drainage de l'eau. L'aération du terreau est obtenue grâce à la perlite, la vermiculite, des écorces de bois et la tourbe, qui retient également les nutriments du sol. Elle est parfois remplacée par de la fibre de bois, qui est une alternative écologique. Le terreau contient du fumier, qui apporte de la matière organique. Ainsi, le terreau est un substrat complexe, riche, aéré et bien drainé. On en trouve différentes sortes, qui diffèrent en fonction de la proportion de chaque « ingrédient », et qui contiennent parfois des éléments supplémentaires.



LES DIFFÉRENTS TYPES DE TERREAUX


Le terreau universel

C'est celui que l'on connaît le plus. Sa composition est complète et convient particulièrement aux plantations dans le sol, comme les arbres et les arbustes, ou encore les rosiers. On évite de l'utiliser en pot ou pour les plantes de terre de bruyère.

Le terreau horticole

Il est assez riche en éléments nutritifs. Il convient bien aux plates-bandes fleuries et aux arbustes à fleurs.

Le terreau pour semis et rempotage

Son nom laisse deviner sa fonction. Il convient bien à ce type d'usage, car il est aéré et léger, ce qui permet aux racines de ce développer en toute tranquillité. Evitez d'utiliser la terre du sol pour le semis et le rempotage, car elle pourrait contenir des germes de maladies.


Le terreau pour plantes vertes

Il facilite la culture des plantes vertes grâce à sa texture bien drainante. Ainsi, vous n'avez pas à craindre que l'eau stagne dans le pot lors de l'arrosage.


Les terreaux particuliers

Il existe un certain nombre de terreaux très spécifiques à quelques plantes : c'est le cas des terreaux pour orchidées, pour cactus, pour plantes aquatiques, pour gazon, pour bonsaïs, pour agrumes... De nouvelles sortes de terreau apparaissent chaque jour sur le marché.


COMMENT UTILISER LE TERREAU ?


Le terreau n'est pas automatique : si la terre de votre jardin est riche, il est inutile de l'enrichir de terreau. Au contraire, si elle est pauvre et que vous souhaitez faciliter les cultures en pleine terre, réalisez un mélange terre-terreau au moment des plantations. Pour les plantes en pots ou en jardinières, il est conseillé de changer le terreau tous les deux ans. Vos plantes repartiront de plus belle ! Si vous désirez redonner un coup de fouet à votre gazon, répandez une fine couche de terreau gazon à la surface de la pelouse.

vendredi 18 mai 2018

Meilleurs astuces Bio contre les limaces

astuces Bio contre les limaces



Ennemi numéro un du jardinier, les limaces constituent souvent un fléau ravageur au potager, notamment pour toutes les plantes tendres comme les salades ou les jeunes pousses de vos semis à peine sorties de terre.

 LES BARRIÈRES DE PROTECTION

 Un premier moyen de protéger vos cultures de ces gastéropodes est d'installer une barrière qu'ils ne pourront pas franchir. Pour cela, il suffit de faire un anneau de cendres, de marc de café sec ou de sciure de bois fine autour des plantes à protéger. Les limaces ne pourront pas le franchir tant que celui-ci restera sec car cela dessécherait leur pied du mucus qui leur permet d'avancer. Hélas, cette méthode est vite rendue inefficace par la première pluie venue : les limaces auront tôt fait de traverser la barrière une fois que celle-ci sera mouillée...


 LES PIÈGES ET LA COLLECTE

Un autre moyen de lutter contre les limaces est d'installer des pièges qui vont les attirer et les concentrer au même endroit. Vous pourrez ainsi les ramasser régulièrement et les relâcher à bonne distance de votre jardin. Des soucoupes remplies de bière ou des croquettes à chat sont de très bons pièges pour attirer les limaces. Vous pouvez aussi placer des planches ou des ardoises dans votre jardin, et récolter les limaces qui se seront collées dessous tous les matins.


LES PRÉDATEURS NATURELS

Voici une méthode qui est bien plus efficace que les précédentes, car elle a le mérite de ne pas vous demander trop de temps, et de laisser la nature travailler pour vous. Il s'agit d'attirer ou d'introduire volontairement des prédateurs de limaces dans votre jardin. Les hérissons, les crapauds et les canards sont tous très friands de limaces et se feront un plaisir de vous en débarrasser. Si vous n'avez pas la possibilité d'avoir des canards chez vous, vous pouvez tout de même laisser un petit tas de bois au fond du jardin pour qu'un hérisson puisse venir s'y installer ou bien créer une petite marre pour attirer des grenouilles par exemple.

 

AUTRES MÉTHODES ALTERNATIVES

 Enfin, il est aussi possible de repousser les limaces ou de brouiller les pistes pour leur rendre la vie plus difficile. Vous pouvez par exemple planter du fenouil dont l'odeur éloignera à coup sûr toutes les limaces des alentours ! La sauge, le thym et l'hysope sont aussi des plantes répulsives, mais il faudra les planter densément pour s'assurer d'une bonne efficacité de cette méthode. Pour finir, il ne faut pas oublier qu'un jardin où la terre est à nu et où seules quelques pousses tendres sortent du sol sera toujours plus vulnérable qu'un jardin foisonnant, où des mauvaises herbes sont tolérées. En effet, plus il y aura de verdure autour de vos petites salades, et moins les limaces auront de chance de les manger, s'étant déjà bien rassasiées de mauvaises herbes avant de les trouver...

Les insectes et mauvaises herbes bons pour le jardin


insectes et mauvaises herbes bons pour le jardin


Pollution, dépenses dans des produits phytosanitaires, apparition de résistances… Si la lutte chimique s’avère parfois nécessaire, elle ne l’est pas tout le temps. Il existe des alternatives efficaces et insoupçonnées du côté de ceux que l’on pourrait trop rapidement qualifier d’indésirables. Voici nos révélations !



PRÉVENIR LES INVASIONS


Pour comprendre le fonctionnement de votre jardin, il vous faut l’imaginer comme une société. Il ne peut être stable et ne pas subir de crise que s’il est suffisamment cosmopolite.
Ainsi, la première étape pour prévenir toute infestation de parasites ou de mauvaises herbes est de l’enrichir. Variez les plantations des massifs, multipliez les espèces semées et diversifiez la flore. Chaque espèce favorisera la création d’un micro-biotope d’insectes et d’adventices qui, tous conjugués, permettront d’avoir un jardin pérenne. Les mauvaises herbes étant des plantes faites pour se développer dans les milieux fragiles, vous les empêcherez de rentrer en concurrence avec vos plantations.


LES TÉMOINS DU JARDINIER


Un coup d’œil aux mauvaises herbes peut fournir des informations utiles sur votre jardin.
Si vous observez du plantain, de la renouée, de la spergule et des oiseaux, c’est que votre sol est acide. Vous pourrez alors choisir de faire des apports calcaires, pour neutraliser cette acidité, ou alors de planter des espèces acidophiles (baies, noisetier, chêne, acanthe, chèvrefeuille…).



Si vous observez de la prêle, de la sauge ou des mousses, c’est que votre sol est mal drainé et compacté. Vous pouvez alors faire un petit labour ou alors vous tourner vers des plantes qui s’épanouissent dans ces conditions (liquidambars, lys, chrysanthèmes, saules, lilas…).


POUR ENRICHIR VOTRE SOL


Éradiquer à tout prix les mauvaises herbes n’est pas forcément une bonne solution. La notion même de mauvaise herbe est subjective. Saviez-vous que certaines permettent d’améliorer votre terrain en vue des plantations futures ? C’est le cas des orties qui mobilisent du fer, de l’azote et du cuivre ; du chiendent pour le potassium, le chlore et la silice ou encore du pissenlit pour le sodium, le phosphore et le soufre.
Ainsi, en faisant un compost vous apporterez facilement tous ces éléments à vos autres plantes qui en manquent et qui ont des difficultés à s’en procurer.


COMMENT ACCUEILLIR DES AUXILIAIRES ?


Les auxiliaires sont tous les animaux qui vous aideront à lutter contre les parasites et à polliniser vos fleurs. Plusieurs mauvaises herbes sont des refuges parfaits pour eux et même plus, elles les attirent. C’est le cas du trèfle, de la valériane, de la pâquerette ou encore du lierre. Il suffit de leur fournir une zone de développement et de veiller à la limiter d’une année à l’autre. Le reste se fera de lui-même !

mercredi 16 mai 2018

Les plantes SOS pour vos tomates !




Quoi de plus agréable que de savourer, lors d’un déjeuner ensoleillé, de délicieuses tomates, mûries au soleil, gorgées de jus, de sucres et de saveurs. Et pour cela, les produits de nos jardins sont bien souvent imbattables. Pour optimiser la production tout en évitant d’utiliser plein de produits phytosanitaires, voici des exemples de plantes qui font particulièrement bon ménage avec les tomates.


POUR ATTIRER LES POLLINISATEURS


Attirer les pollinisateurs permet d’augmenter les chances de fécondation des fleurs de tomate et donc, d’avoir plus de fruits. Pour les attirer, plantez quelques pousses de bourrache dans votre potager.

Vous pourrez en plus dégustez ses fleurs et ses feuilles en salades.


Attention toutefois à ne pas avoir la main trop lourde sur les semis, car la bourrache est très bien adaptée à nos climats et pourrait devenir envahissante si on ne la surveille pas.


POUR ÉLOIGNER LES NUISIBLES


Les plants de tomates sont la cible de pucerons et de champignons. Voici une préparation qui permettra d’éloigner les premiers et de lutter contre les seconds. Il s’agit d’une décoction d’ail.
Ecrasez une tête d’ail et faites-la bouillir dans cinq litres d’eau pendant une dizaine de minutes. Pulvérisez la solution filtrée deux à trois fois par semaine sur les plants.

En traitement préventif, vous pouvez également planter des œillets d’Inde en bordure de vos plantations.
Ils vous éviteront les pucerons, les nématodes et autres ravageurs, grâce aux composés chimiques qu’ils dégagent.


POUR PIÉGER LES INSECTES


Une autre technique efficace de défense consiste à créer un piège végétal. En choisissant une espèce plus attractive que la tomate pour les ravageurs, vous pourrez les coincer à côté de la culture. Si cette espèce n’est pas comestible, l’utilisation d’un insecticide fera alors l’affaire pour les éradiquer. C’est le cas des capucines pour les pucerons. Semez-en généreusement sur le pourtour de votre parcelle, cela lui donnera en plus un air bucolique !



POUR APPORTER DES RESSOURCES


La culture de tomates étant très productive, elle appauvrit les sols. Pour éviter d’abîmer votre terrain, vous pouvez la devancer par des cultures de fabacées, qui alimenteront le sol en azote, et la faire suivre de culture d’un engrais vert.

Vous pouvez également froisser des branches d’orties et les enfouir dans le sol, à proximité des pieds de tomates. En se dégradant, elles répondront aux besoins de vos plants.

dimanche 8 avril 2018

Créer mon jardin méditerranéen : Nos conseils !

Créer mon jardin méditerranéen


Vous rêvez d’un jardin à la fois beau, coloré, parfumé, résistant et facile à entretenir ? Vous aimeriez que votre jardin vous fasse voyager et vous donne l’impression d’être en vacances toute l’année ? Ne rêvez plus et créez votre jardin méditerranéen !

Comment aménager un jardin méditerranéen ?


Les essences méridionales sont résistantes au vent, à la chaleur et à la sécheresse. La plupart peuvent s’adapter au climat du Nord à condition d’être exposées plein sud, de pouvoir s’enraciner dans un sol bien drainé et d’être protégées par un voile d’hivernage en période de gel. Peu gourmandes en eau, elles ne nécessitent que peu d’entretien et sont souvent agréablement parfumées.

Les plantes aromatiques sont d’ailleurs très présentes dans ce type de jardin : romarins, thyms, lavandes, santolines, armoises… Le choix des arbres et des arbustes est essentiel : optez pour des oliviers, des palmiers de Chine, des lauriers roses, des mimosas ou encore des citronniers en pot. Remplacez les traditionnels bambous par des cannes de Provence (Arundo donax 'Variegata') et plantez des lavandes, des hibiscus, des pélargoniums


Un sol minéral, composé de pierres sèches, de graviers ou d’une mosaïque de galets, mettra en valeur ces variétés. Adossée à la maison, une tonnelle recouverte de vigne crée un coin d’ombre pour déjeuner. Et à l’heure de la sieste, un hamac dissimulé au fond du jardin invite au farniente…


Si votre terrain est en pente ou si vous avez la possibilité de créer différents niveaux, pensez à élever des murs de pierres sèches afin de souligner l’aspect provençal du jardin dans l’esprit des restanques.



Jardin méditerranéen : les accessoires


La tonnelle 


Une tonnelle en fer forgé sur laquelle poussent des plantes grimpantes permet de créer un coin d’ombre pendant l’été. Selon votre région, choisissez une vigne vierge, une vigne fruitière, un jasmin étoilé ou un bougainvillier.


Les fauteuils de jardin


Ici, de confortables fauteuils de jardin remplacent les transats dans une ambiance « lounge » très appréciable…


Les pots en terre cuite


Dans un jardin méditerranéen, les pots en terre cuite sont incontournables. Choisissez des jarres pour créer une dimension provençale ou des pots vernissés pour une atmosphère plus italienne.


Les plantes


Plantes aromatiques et vivaces


Lavande, romarin, romarin "Corsican Blue", thym, arbre au poivre (Vitex agnus-castus), lin de Nouvelle Zélande (Phormium tenax Atropurpureum), Artemisa Ludoviciana, cannes de Provence, liseron argenté, Convolvulus cneorum,...


Arbres et arbustes


Olivier d'Europe, laurier rose, bougainvillier, agapanthe 'Blue Triumphator', yucca, citronnier en pot, jasmin étoilé, palmier de Chine, mimosa…



Budget pour un jardin méditerranéen


Le budget d’aménagement d’un jardin dépend de plusieurs critères : surface, préparation du terrain, choix des matériaux et des variétés… En moyenne, comptez environ 95 € par m² pour ce type de jardin. Et n’oubliez pas que le jardin sec permet de faire d’importantes économies d’eau !


Fourmis dans le jardin : Astuces naturelles

Fourmis dans le jardin



Vous avez l’impression d’habiter chez les fourmis plutôt que chez vous ? Installées dans la maison ou le jardin, se débarrasser des fourmis n’est jamais une tâche aisée. Et en plus, il existe plusieurs espèces qui ne sont pas toujours sensibles aux mêmes produits répulsifs ! Alors comment faire pour ne plus voir de fourmi trottiner sur son plan de travail sans pour autant avoir recours à un arsenal de produits toxiques ? Voici nos meilleures recettes de grand-mère anti-fourmis !


Lorsque les fourmis s'installent dans le jardin, la question est un peu différente. Il est important de préserver la biodiversité et d'éviter les produits toxiques. En plus d'être dangereux pour les enfants et les animaux, ils risquent de tuer aussi les prédateurs des fourmis. D'autant plus que les fourmis ont leur utilité au jardin : elles nettoient en décomposant les déchets organiques, aèrent la terre et se nourrissent d'autres insectes, larves et œufs considérés aussi comme nuisibles… La fourmi est travailleuse !

Par contre, les fourmis élèvent des pucerons pour le miellat qu'elles sécrètent et les protègent de leurs prédateurs. Pour que les fourmis deviennent vos alliées au jardin, sélectionnez simplement les plants qui devront être protégés des pucerons et des fourmis. Ajoutez au pied du marc de café humide, qui repoussera aussi les limaces. Et en plus de repousser les insectes, c'est un excellent engrais pour les plantes !


Vous pouvez aussi laisser moisir un citron au pied des plants les plus vulnérables aux fourmis ou cultiver à côté de la lavande, une plante que les fourmis n'apprécient pas !

Rejoindre la communauté

Derniers sujets ajoutés

Recent Posts Widget

Nos conseils sur Youtube

Total des visites